· 

STEPHAN PAROCHE / VINCENT LUCAS : CARTE BLANCHE

La soirée « cuisine à quatre mains » du chef Stephan Paroche et de son invité étoilé Vincent Lucas sera placée sous le signe de la spontanéité. Rendez-vous le 29 septembre à Cicada, la Table du Hameau, pour découvrir une cuisine de l’instant présent. 

 

Cuisine à 4 mains à Cicada avec Stephan Paroche et Vincent Lucas à Cicada, la Table du Hameau

Les partitions culinaires à quatre mains sont désormais un rituel incontournable de Cicada, la Table du Hameau des Baux. Pour cette seconde édition, Stephan Paroche a choisi un trublion de la gastronomie et un ami cher, en la personne de Vincent Lucas, chef étoilé de la table périgourdine Etincelles.

 

C’est un menu gastronomique « retour de marché » que les deux chefs ont décidé de mettre au point, sans trop de préméditation, en misant tout sur leur instinct et leur goût du jeu. Ils vont improviser à la manière des jazzmen, avec les produits de demi saison, un pied encore dans l’été provençal, et l’autre déjà dans les incontournables de l’automne, comme le gibier. Stephan Paroche a tenu à laisser s’exprimer la personnalité de son ami avec un menu « carte blanche ».

 

« La réflexion autour d’un plat ne doit pas aller trop loin, sinon, il n’est plus fait avec leur cœur, et les goûts se délitent. » explique Vincent. « Quand on en rajoute, que l’on va trop loin dans la technique, on perd tout le sentiment ». Paradoxalement, c’est une parfaite maîtrise de la technique qui permet l’invention à la minute : « J’ai rencontré Vincent pour la première fois lors du festival de la revue Omnivore », raconte Stephan, « et j’ai pris une claque : dans le temps qui m’a été nécessaire pour élaborer un plat, il en a fait trois. Il a une technique incroyable. C’est un grand fou, un technicien extraordinaire, quelqu’un qui va loin dans les associations de goûts, allant jusqu’à servir du foie gras en dessert ». Le Chef Vincent confirme : « mon record, c’est 16 recettes exécutées en trois quarts d’heure. » Mais outre la performance technique, c’est sur le terrain des saveurs que les deux chefs se retrouvent. « Stephan fait une cuisine très féminine, plus encore que la mienne, une cuisine affinée, précise, délicieuse, avec des associations terre-mer que j’adore. C’est frais, bien pensé et plein de couleurs. On est sur la même longueur d’ondes. »  

Venez vivre l’aventure culinaire le samedi 29 septembre entre 19h00 et 21h30 au Hameau des Baux.


Cuisine à 4 mains à Cicada avec Stephan Paroche et Vincent Lucas

A propos de Vincent Lucas,

chef étoilé du restaurant Étincelles. 

Ce niçois relocalisé en Périgord, la patrie de son épouse Anne, est un électron libre de la gastronomie qui tient plus que tout à sa liberté. Il a mené sa carrière tambour battant, en se fixant des objectifs atteints dans les temps qu’il s’était imparti –la première étoile en cinq ans- et choisit de cuisiner seul pour ne dépendre de personne. « Je cuisine sans brigade, pour 20 personnes par soir, pas plus. Ma femme est seule aux commandes en salle, et je prends le temps de venir rendre visite aux convives, tout en gardant l’esprit en cuisine. Je suis très organisé, j’ai une bibliothèque culinaire dans la tête ». Hyperactif, d’une bonne humeur inaltérable et une énergie balayant toutes les mauvaises volontés, il affiche le même punch dans l’assiette… qui fait des étincelles !

En savoir plus sur Étincelles

 

La carte d'automne à Cicada, la Table du Hameau des Baux

La carte d’automne de Cicada, par Stephan Paroche

À découvrir à partir du 6 octobre

L’automne s’annonce festif et gourmand avec la nouvelle carte concoctée par Stephan Paroche, toujours en symbiose avec le terroir et ses producteurs. « Je reste fidèle à mon parti pris terre-mer, des produits nobles associés à ceux dits « paysans », type langoustines et lentilles ; entre méditerranée et océan, avec les langoustines, l’araignée de mer, la rascasse « chapon ». Bien entendu je fais la part belle aux légumes, butternut, artichauts, salsifis, cresson, poireaux, échalotes… ce sont des produits que l’on a envie de déguster dès qu’il recommence à faire froid. » Côté terre, le chef met en avant un exceptionnel éleveur de bœufs de Maussane, ainsi que les produits de la chasse, comme le perdreau, servi avec une sauce à l’oursin. Un surf and turf signature du chef, tout comme le bien nommé dessert « Café, sous-bois », un classique de Cicada, qui conclut le repas sur des notes chaleureuses et caféinées.